Archive pour la Catégorie 'Non classé'

Foie gras, saumon et champagne: Noël une fête devenue bien fade.‏

Et si Noël était devenu fade…

Je me rappelle de ces années où j’attendais Noël avec impatience… Décorer le sapin? C’était ma mission. Dire au petit frère que le Père Noël n’existe pas? J’ai adoré! Admirer les vitrines du Bon Marché avec les Grands-Parents, ouvrir les cadeaux de Noël avec les cousins, manger du couscous par terre le soir du 24, déguster des huîtres avec le père, parler de Robert le chien et du collège avec la cousine, rigoler avec le futur acteur de cousin, se raconter ce qu’on a commandé… Des lumières, des odeurs, une ambiance familiale et chaleureuse que j’attendais hâtivement chaque année.

——- petit bon de 12 ans seulement! ——

Ce midi au bureau devant mes aubergines grillées (« fait maison » bien sûr) j’entendais dire que « les Français ne sont pas généreux, ils ne font pas de fête de famille, ils expédient les repas de Noël… ».

Face à ces propos criants d’a priori, un nouveau sentiment s’est confirmé: non je n’aime plus Noël.
La Mamie m’a déçue avec une vérité écœurante que mon père s’était attelé à me cacher pendant les 13 premières années de ma vie: les huîtres sont vivantes quand on les mange! Et puis la grand-mère a disparu, la mamie a suivi… Les disputes « de grands » sont nées, elles ont commencé à tuer l’esprit de famille… Et puis un divorce est venu entériner cette mort: de grands classiques qui savent ponctuer une vie.

Les huîtres je n’en mange plus, le foie gras je ne suis pas fan… Oui j’ai la chance de pouvoir faire plaisir à mes papilles pendant l’année (avec des carottes, des aubergines et des galettes de riz bio, mais aussi quelques sympathiques dégustations dans le 2ème).
Le Père Noël n’existe pas… La clef pour s’offrir des cadeaux c’est le travail…

Au delà de ces faits anecdotiques, pour l’athée que je suis, Noël n’a pas de saveur s’il n’y a plus d’unité familiale… Ces absences ont rendu cette fête bien trop triste, elles rappellent un petit peu trop le quotidien d’une pseudo famille disloquée, de ces gens qui ne s’adressent plus la parole que par avocats interposés, de ceux qui trahissent et des autres qui ne sont qu’intéressés. C’est à la Toussaint qu’on honore les disparus, moi je ne veux plus le faire le 25 décembre. Parce que oui on se forcera à être joyeux, parce que oui forcément on parlera des affaires en cours, parce que oui forcément cela bavera sur l’une ou sur l’autre… Noël, je ne l’aime plus. Etudiante, je me rappelle avoir décidé de faire 14h-20h à Aquaboulevard le soir du 24, cette année je me contenterai d’une journée au bureau!

Rassurez-vous il y a encore de la magie dans mes yeux cette année…
Il y en a quand je traverse le tout Paris illuminé en sortant du bureau, même fatiguée, même gelée;
Il y en a eu en cherchant le cadeau de Noël du dieu de ma vie: mon père;
Il y en a eu en décorant le sapin du bureau de Noël avec mes collègues; Mais il y a surtout cette petite fille hier à coté de moi avec laquelle j’ai partagé ma barba papa. C’était au Cirque à l’occasion d’un spectacle organisé pour les enfants défavorisés, et dans ses yeux à elle j’ai compris que Noël avait encore un sens.

Et non je ne suis pas rabat-joie, Noël sans unité familiale c’est juste pas pour moi mais je vous souhaite tout de même à tous de passer une très belle soirée.

Un mot pour elle: « beau »

Je suis convaincue de pouvoir écrire sur beaucoup de choses, alors ce soir j’ai voulu confier cet atout à une copine.

C’est plus qu’une copine en fait c’est mon petit rayon de soleil, mon acolyte du samedi après-midi (et de chaque instant finalement…). Bref, petite graine de couscous m’a donné un mot « beau ».

De prime abord, ce mot je l’associerai à deux choses: un sac ou un garçon. A savoir si le garçon peut rentrer dans le sac et si le garçon est une chose…

« Beau » c’est à mon goût, conforme à mes critères.

Un beau sac ce sera pour moi un mikael kors en bleu marine,

 

ou simplement mon Juicy couture rose.

Un mot pour elle:

Non beau ce n’est pas forcément chic. Le Mikael Kors est chic, et pas le Juicy couture, et pourtant ils sont tous les deux beaux. Un sac Gérard Darel noir, c’est classique, presque chic, mais non ce n’est pas spécialement beau. Le sac rose ne sera beau simplement parce qu’il est rose et fonctionnel, il est beau parce que le souvenir auquel il me renvoi est beau. En l’espèce c’était mon voyage à NYC. Oui, un sac peut en fait avoir une beauté intérieure (en plus, j’avoue la doublure est canon: bleu marine et dorée).

A l’image d’un beau sac qui s’abîme avec le temps, le beau garçon peut aussi s’enlaidir. Et non je n’allais pas faire tout un article sur trois sacs à mains, même si bien entendu j’aurai pu.

Parlons du beau garçon. Alors là tout de suite je pense à Laurent Delahousse. Un petit peu trop de cheveux et un peu trop vieux, oui mais beau quand même. Parce qu’il ne raconte pas trop d’âneries et qu’il est intéressant cet homme est encore plus beau. Celui qui est beau c’est aussi le garçon du bus qu’on a croisé trois fois dans sa vie: on ne lui a jamais parlé donc pas eu l’occasion de voir qu’il pouvait être laid. Ces deux-là sont beaux, à mes yeux oui. Parce qu’ils sont conformes à mes critères de beauté et surtout parce que je ne les ai pas rencontrés. Je suis convaincue qu’avec deux mots le beau peut devenir laid.
Il y a celui qui est moche – selon vous toujours -aussi, mais qui vous éblouit par ses mots (son argent tout ça…, faut bien compenser) au point d’en devenir beau. Attention celui-ci redevient vite moche!
Le beau accessible c’est peut etre le moins beau en fait?

Une étude sortie aujourd’hui (attention mes écrits sont programmés sur ce blog, d’où quelques jours de retard) disait que les critères de beauté etaient différents selon les pays. En Irlande il vaut mieux etre grosse, pas en Asie par contre… Oui tout ça c’est subjectif…

En grandissant on apprend que la beauté ce n’est pas que l’aspect physique (du sac ou du garçon). Celui-ci peut être littéralement altéré par son intérieur (des idées politiques pourries ou pire pas d’idée, ou pour un sac: un mauvais souvenir par exemple…).

Bref, pour moi ce mot beau a bien renvoyé à un aspect physique puisque je l’ai associé à deux images. Et non pas à des idées.

J’espère avoir réussi le défi de l’une des plus belles de mes amies.

Marseille – par elle

Une petite place sur ce blog, mais une tellement grande dans mon cœur, aujourd’hui je laisse ma plume à une fille en or

« Marseille,

ils disent tant de choses sur toi, à la télé, à la radio, dans les journaux…

Tout ce sang, toute cette violence. Tu apparais, aux yeux, des autres comme une erreur, une vérue qui gâche ce pays qu’ils pensent parfait. Cette ville que l’on voudrait cacher et qui s’obstine à exister, à faire la une, pas pour les bonnes raisons.

Marseille,

tu sais d’où je viens. De Paris. Oui, de là où il semble que tu ais le plus détracteurs. Enfants, j’ai été bercée par cette soi-disant rivalité entre ces deux villes. Cette tension entre ce nord et ce sud qui ne se comprennent pas, si différent. Et pourtant.

Je sais bien que trop souvent « différence » se fait synonyme de « peur » et de « rejet ». Pas chez moi.

Alors, moi, la parisienne, j’ai voulu te rencontrer. J’ai voulu te voir. Te sentir, te ressentir, savoir, connaitre, et juge.

Je t’aimerais, ou je détesterais. Je ne savais d’avance, mais ce choix serait le mien, non pas basé sur la une du 20minutes un lundi matin, mais sur mon ressenti.

Cette année, tu étais capitale européenne de la culture.

Et je t’ai vu. Je t’ai vécu.

Et tu as fait volé tous les préjugés.

Et pourtant, ce n’était pas gagné. Tu aurais du entendre toutes les choses qu’on m’a dite. Ou plutot non. Je sais que tu es forte, mais tu aurais été trtiste d’entendre toutes ces choses.

Ils m’ont dit que j’étais inconsciente, que j’étais folle. Que c’était risqué. Que là-bas, la banlieue n’est pas reléguée à la périphérie, mais elle est la ville entière. Qu’il y a des ordures partout. Que c’est moche. Que je ne reviendrais pas vivante. J’ai fini par flipper. Par céder aux sirènes « sécuritaires ». Je me suis inquiété. De plus, je te découvrais le soir tard, ton métro, tes quartiers. Ils m’ont fait peur. Mais pas toi. Non, toi tu m’as accueilli tranquillement, chaleureusement. Tu m’as laissé repartir dans la capitale avec mon portefeuille, et surtout avec de bons souvenirs, avec le sourire.

Le premier cliché que tu as fait tombé concernait la météo. Oui, qu’as-tu fait de ton soleil? Je t’ai découverte sous mon parapluie. Il a plu, il a plu, encore et encore. J’ai peut-être eu maximum 2h de non-pluie… Le temps d’aller voir la Bonne mère. La-haut, perché sur son monticule. Tu sais, moi aussi je viens d’un pays de la mer, là où il y a des marées, alors forcément tes ex voto de bateaux, ça me parle, ça me touche.

Il pleuvait, et pourtant, je ne t’ai pas trouvé sale, ni grise, ni aigrie, ni triste, ni « insécuritaire ».

Tu vas me dire que je n’ai fait que les trucs de touristes. Bien sur. Tu as raison. Mais je t’assure que tous les quartiers de Paris n’ont pas le glamour que Woody Allen leur confère dans Midnight in Paris. Pas besoin de passer le périph’ tu sais pour que l’émerveillement s’émousse.

Et pourtant, je t’assure, sans te connaitre à fond, sans avoir découvert les « quartiers nord », j’ai pas mal vagabondé avec mon parapluie et Super Copine, j’ai aimé tes odeurs, tes épices, tes montées, tes descentes, ta pluie, ta mer., ton port, tes musées, tes églises.

Je ne dis pas que tu es parfaite. Tu en connais toi une ville parfaite, non? Ba voilà.

Ils disaient que toi et moi on n’avait rien en commun, que je te fuirais sans regret.

Quand je vois toutes ces unes, cela m’attriste pour toi. Marseille, tu ne mérites pas ça.

Marseille,

Je reviendrai te voir. »

Un petit peu de moi pour elle…

Sur un blog qui m’est familier (petit jeu de mots facile, c’est ma cousine), j’ai été tagguée. Alors aujourd’hui à défaut de vous parler de droit, de nourriture ou autre choses, je vais jouer son jeu.

Donc en premier lieu il faut répondre à ces questions :

  1. 1.       Tu es plutôt tarot ou trivial poursuit?

Trivial poursuit, mais quitte à choisir : aucun

  1. 2.       Ibiza ou Shetland?

Shetland, parce-que c’est aussi le nom d’une marque de chien !

  1. 3.       Ton dernier voyage? Le prochain?

Les Canaries en mai dernier, le prochain ce sera le Canada dans quelques mois (en hiver)

  1. 4.       Stark ou Lannister? (Dark Vador ou Luke Skywalker? Mufasa ou Scar?)

Tu m’aurais parlé en chinois j’aurai plus compris…

  1. 5.       Pourquoi as-tu un blog?

Parce-que j’adore écrire, parce-que c’est peut-être la chose que je fais le mieux, parce-que j’ai un avis sur tout…

  1. 6.       Ça va bien aujourd’hui?

En vrai j’ai passé ma journée à vomir, et comme j’avais un rendez-vous je suis restée au bureau donc ça va moyen. Mais ça va super bien parce-que c’est le week-end. (attention, article rédigé trois jours plus tôt parce-que le lundi matin je suis au bureau!)

  1. 7.       Tu me conseilles quoi comme film dernièrement au ciné?

Bon déjà cette question tu sais parfaitement qu’il ne faut pas me la poser…

  1. 8.       Et comme bouquin?

« Baux commerciaux » d’Anne d’Andigné-Morand aux Editions DELMAS. Ca ne vaut pas le Chapus, mais ça te ferait du bien un petit peu de droit privé !

  1. 9.       D’où vient le nom de ton blog?

Sur France Inter on entend souvent parler des « papiers de untel » alors moi aussi j’ai voulu faire mes papiers, des petits parce-que je ne suis pas très haute. Et puis il est bien ce nom, je ne suis pas bridée dans mes thèmes !

  1. 10.   Je viens manger chez toi, quelle sera la composition du repas (j’amène la boisson, il va sans dire) (j’ai un oncle vigneron) (et si tu ne bois pas d’alcool, je trouverai bien un truc, no souci)

Pas  d’alcool pour moi c’est évident. Alors il y aurait un carpaccio de saumon, des pâtes, un bon fromage, des crêpes ou des pancakes, ou peut-être même les fondants Picard cœur coulant caramel et un bon thé. Je crois que j’ai tout bon !

  1. 11.   Qu’est-ce que tu préfères à Paris?

J’aime sa banlieue, ses restaurants et quelques lieux comme : la coulée verte dans le 12ème, la place du marché Saint Honoré dans le 2ème, la rue du Commerce dans le 15ème… Des endroits animés et assez loin des touristes.

 

Dans un deuxième temps il faut raconter 11 choses sur moi… Pas facile !

1-      La nourriture est certainement mon sujet préféré à table, au bureau, à 10h comme à minuit…

2-      J’adore les nœuds (sur mes bijoux, mes robes, mes ongles…)

3-      Je suis une vraie fille, j’aime le rose et mes ongles de pieds sont vernis toute l’année

4-      J’ai fait cinq ans de droit en six et je suis diplômée d’Assas

5-      Ma mamie avait un chien qui s’appelait Robert

6-      J’ai les mêmes copines depuis toujours : « Emilie », « Roukia », « Linda », et « Farah » entre autre font partie de mon vocabulaire quotidien…

7-      Ce blog, des courriers, des sms, les notes des autres… J’aime écrire et e rêverais de pouvoir en vivre !

8-      En fait je ne suis pas ici pour parler de moi !

9-      J’ai travaillé à Aquaboulevard pendant mes études et grâce à ça, et même 2 ans plus tard on me reconnait dans le bus, chez Gap et au bureau…

10-   Je n’aime pas le métro

11-   Je ne comprends pas et j’ai peur de toucher les iphone

Toute récente sur la blogosphère, et plutôt que de reprendre le principe des questions, vous trouverez ici prochainement des articles de mes invités, comme ça de temps en temps, sujet libre !

Et j’ai quand même réussi à parler de droit et de nourriture!

Des petits papiers : vous toujours, moi un peu et eux aussi

Enfin je prends ma plume, virtuelle certes, mais je reviens
aux bases, à mes bases.

Ici ce sera chez moi mais aussi un petit peu chez vous. Ici
c’est ce que j’aime ou pas d’ailleurs. Si j’ai su lire à 4 ans, je ne sais pas
à quel âge le goût d’écrire m’a pris mais je l’ai vite eu. Tôt aussi
certainement, à l’occasion je me renseignerai auprès de qui de droit.

Le droit justement, je ne sais pas s’il y en aura, certainement
de façon très discrète. Et si j’ai fait des études bien lourdes, je vous assure
qu’ici ce sera léger et rose!

Bonne lecture,

Un petit sablé Breton




How to get white teeth over... |
C data types range |
Baby teeth gel |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Edtable143
| Mon tour du web en 80 clics
| Vol d'un voilier et pe...