Marseille – par elle

Une petite place sur ce blog, mais une tellement grande dans mon cœur, aujourd’hui je laisse ma plume à une fille en or

« Marseille,

ils disent tant de choses sur toi, à la télé, à la radio, dans les journaux…

Tout ce sang, toute cette violence. Tu apparais, aux yeux, des autres comme une erreur, une vérue qui gâche ce pays qu’ils pensent parfait. Cette ville que l’on voudrait cacher et qui s’obstine à exister, à faire la une, pas pour les bonnes raisons.

Marseille,

tu sais d’où je viens. De Paris. Oui, de là où il semble que tu ais le plus détracteurs. Enfants, j’ai été bercée par cette soi-disant rivalité entre ces deux villes. Cette tension entre ce nord et ce sud qui ne se comprennent pas, si différent. Et pourtant.

Je sais bien que trop souvent « différence » se fait synonyme de « peur » et de « rejet ». Pas chez moi.

Alors, moi, la parisienne, j’ai voulu te rencontrer. J’ai voulu te voir. Te sentir, te ressentir, savoir, connaitre, et juge.

Je t’aimerais, ou je détesterais. Je ne savais d’avance, mais ce choix serait le mien, non pas basé sur la une du 20minutes un lundi matin, mais sur mon ressenti.

Cette année, tu étais capitale européenne de la culture.

Et je t’ai vu. Je t’ai vécu.

Et tu as fait volé tous les préjugés.

Et pourtant, ce n’était pas gagné. Tu aurais du entendre toutes les choses qu’on m’a dite. Ou plutot non. Je sais que tu es forte, mais tu aurais été trtiste d’entendre toutes ces choses.

Ils m’ont dit que j’étais inconsciente, que j’étais folle. Que c’était risqué. Que là-bas, la banlieue n’est pas reléguée à la périphérie, mais elle est la ville entière. Qu’il y a des ordures partout. Que c’est moche. Que je ne reviendrais pas vivante. J’ai fini par flipper. Par céder aux sirènes « sécuritaires ». Je me suis inquiété. De plus, je te découvrais le soir tard, ton métro, tes quartiers. Ils m’ont fait peur. Mais pas toi. Non, toi tu m’as accueilli tranquillement, chaleureusement. Tu m’as laissé repartir dans la capitale avec mon portefeuille, et surtout avec de bons souvenirs, avec le sourire.

Le premier cliché que tu as fait tombé concernait la météo. Oui, qu’as-tu fait de ton soleil? Je t’ai découverte sous mon parapluie. Il a plu, il a plu, encore et encore. J’ai peut-être eu maximum 2h de non-pluie… Le temps d’aller voir la Bonne mère. La-haut, perché sur son monticule. Tu sais, moi aussi je viens d’un pays de la mer, là où il y a des marées, alors forcément tes ex voto de bateaux, ça me parle, ça me touche.

Il pleuvait, et pourtant, je ne t’ai pas trouvé sale, ni grise, ni aigrie, ni triste, ni « insécuritaire ».

Tu vas me dire que je n’ai fait que les trucs de touristes. Bien sur. Tu as raison. Mais je t’assure que tous les quartiers de Paris n’ont pas le glamour que Woody Allen leur confère dans Midnight in Paris. Pas besoin de passer le périph’ tu sais pour que l’émerveillement s’émousse.

Et pourtant, je t’assure, sans te connaitre à fond, sans avoir découvert les « quartiers nord », j’ai pas mal vagabondé avec mon parapluie et Super Copine, j’ai aimé tes odeurs, tes épices, tes montées, tes descentes, ta pluie, ta mer., ton port, tes musées, tes églises.

Je ne dis pas que tu es parfaite. Tu en connais toi une ville parfaite, non? Ba voilà.

Ils disaient que toi et moi on n’avait rien en commun, que je te fuirais sans regret.

Quand je vois toutes ces unes, cela m’attriste pour toi. Marseille, tu ne mérites pas ça.

Marseille,

Je reviendrai te voir. »

Aujourd’hui j’ai décidé de conjuger un nom commun: l’amitié

Elles sont peu parce qu’elles sont les meilleures… Alors un article pour elles.

Une copine au quotidien c’est:

  • lui raconter qu’on hésite à acheter une paire de bottines à paillettes dorées sans plus de précisions, et l’entendre nous dire qu’elle a repéré exactement la même paire sur le site qu’on visait…
  • ne pas supporter que quelqu’un d’autre porte son prénom
  • l’appeler en pleurant/criant/râlant parce qu’un malotru (valable pour: prince pas charmant, vieux du bus, collègue du bureau, petit frère…)  nous a fait du mal  – encore une fois
  • faire 1h30 de trajet un dimanche juste pour aller se goinfrer de gâteau au chocolat sur le canapé
  • l’entendre pleurer à cause de son prince charmant, et la consoler
  • sourire en regardant nos photos de vacances
  • mourir de rire en regardant les vidéos de ces mêmes vacances
  • passer des heures au téléphone pour rien
  • polémiquer sur l’intérêt du sport en hiver, la crise pour les jeunes diplômés et le nouveau style de Miley Cyrus !
  • se rappeler le bon vieux temps en rigolant devant un thé (parce qu’on ne boit toujours pas d’alcool)
  • partager ses gastro et autres soucis techniques de la vie
  • commenter l’amour est dans le pré en direct et par sms
  • partir en expédition dans des centres commerciaux hors réseau ratp – oui Le Chesnay c’est en Ile de France, et Collégien c’est bien le nom d’une ville (ou d’un village) dans le 77
  • se demander ce que d’autres sont devenus et les voir en scooter juste à côté de la voiture – pfiou Dieu merci les vitres sont teintées!
  • se motiver à faire du sport, réussir, sortir même sous la pluie…
  • prendre en photo chacun de ses nouveaux achats pour obtenir un avis détaillé sur l’article et sa façon de le porter – valable pour robe, chaussures, ceinture, barrette, mascara -

Toute ressemblance avec une réalité ne serait que fortuite…

Si la durée de mes journées était doublée…

- je mangerai autre chose que des raisins secs en rentrant le soir,

- je ferai du sport (bon pour l’instant je suis bien contente de ne pas en avoir le temps),

- je ne restreindrai pas en semaine l’envoi de mes sms au trajet maison-boulot du matin (sms reçu à 10h, trop tard je répondrai demain!),

- je ne resteindrai pas en semaine l’émission de mes appels au trajet boulot-maison du soir,

- je rangerai (mes habits, mes chaussures d’été, mon avis d’imposition),

- je chercherai l’appart de mes rêves (ou celui de mon budget),

- j’écrirai encore plus,

- j’irai chez Kusmi Tea choisir un nouveau thé,

- je travaillerai pour moi plus que pour les autres,

- je continuerai à apprendre le cantonnais,

 

Mais parce que j’ai ce sens des priorités, je ne suis jamais débordée pour vous retrouver.

Le juriste (qui réfléchit) n’a pas d’humour

Ce jour au bureau :

Le stagiaire (en communication) : Alors qu’est-ce que tu fais de beau là ?

Moi : je rédige des statuts

Le stagiaire : hum… intéressant. Tu es plutôt bronze ou or ?

De longues secondes s’écoulent…

Moiavec un air sérieux- : pardon ?

 

On ne me l’avait jamais faite…

La preuve en image…

Le juriste (qui réfléchit) n’a pas d’humour dans un tout petit peu de droit paris-20130910-007751-300x225

Un petit peu de moi pour elle…

Sur un blog qui m’est familier (petit jeu de mots facile, c’est ma cousine), j’ai été tagguée. Alors aujourd’hui à défaut de vous parler de droit, de nourriture ou autre choses, je vais jouer son jeu.

Donc en premier lieu il faut répondre à ces questions :

  1. 1.       Tu es plutôt tarot ou trivial poursuit?

Trivial poursuit, mais quitte à choisir : aucun

  1. 2.       Ibiza ou Shetland?

Shetland, parce-que c’est aussi le nom d’une marque de chien !

  1. 3.       Ton dernier voyage? Le prochain?

Les Canaries en mai dernier, le prochain ce sera le Canada dans quelques mois (en hiver)

  1. 4.       Stark ou Lannister? (Dark Vador ou Luke Skywalker? Mufasa ou Scar?)

Tu m’aurais parlé en chinois j’aurai plus compris…

  1. 5.       Pourquoi as-tu un blog?

Parce-que j’adore écrire, parce-que c’est peut-être la chose que je fais le mieux, parce-que j’ai un avis sur tout…

  1. 6.       Ça va bien aujourd’hui?

En vrai j’ai passé ma journée à vomir, et comme j’avais un rendez-vous je suis restée au bureau donc ça va moyen. Mais ça va super bien parce-que c’est le week-end. (attention, article rédigé trois jours plus tôt parce-que le lundi matin je suis au bureau!)

  1. 7.       Tu me conseilles quoi comme film dernièrement au ciné?

Bon déjà cette question tu sais parfaitement qu’il ne faut pas me la poser…

  1. 8.       Et comme bouquin?

« Baux commerciaux » d’Anne d’Andigné-Morand aux Editions DELMAS. Ca ne vaut pas le Chapus, mais ça te ferait du bien un petit peu de droit privé !

  1. 9.       D’où vient le nom de ton blog?

Sur France Inter on entend souvent parler des « papiers de untel » alors moi aussi j’ai voulu faire mes papiers, des petits parce-que je ne suis pas très haute. Et puis il est bien ce nom, je ne suis pas bridée dans mes thèmes !

  1. 10.   Je viens manger chez toi, quelle sera la composition du repas (j’amène la boisson, il va sans dire) (j’ai un oncle vigneron) (et si tu ne bois pas d’alcool, je trouverai bien un truc, no souci)

Pas  d’alcool pour moi c’est évident. Alors il y aurait un carpaccio de saumon, des pâtes, un bon fromage, des crêpes ou des pancakes, ou peut-être même les fondants Picard cœur coulant caramel et un bon thé. Je crois que j’ai tout bon !

  1. 11.   Qu’est-ce que tu préfères à Paris?

J’aime sa banlieue, ses restaurants et quelques lieux comme : la coulée verte dans le 12ème, la place du marché Saint Honoré dans le 2ème, la rue du Commerce dans le 15ème… Des endroits animés et assez loin des touristes.

 

Dans un deuxième temps il faut raconter 11 choses sur moi… Pas facile !

1-      La nourriture est certainement mon sujet préféré à table, au bureau, à 10h comme à minuit…

2-      J’adore les nœuds (sur mes bijoux, mes robes, mes ongles…)

3-      Je suis une vraie fille, j’aime le rose et mes ongles de pieds sont vernis toute l’année

4-      J’ai fait cinq ans de droit en six et je suis diplômée d’Assas

5-      Ma mamie avait un chien qui s’appelait Robert

6-      J’ai les mêmes copines depuis toujours : « Emilie », « Roukia », « Linda », et « Farah » entre autre font partie de mon vocabulaire quotidien…

7-      Ce blog, des courriers, des sms, les notes des autres… J’aime écrire et e rêverais de pouvoir en vivre !

8-      En fait je ne suis pas ici pour parler de moi !

9-      J’ai travaillé à Aquaboulevard pendant mes études et grâce à ça, et même 2 ans plus tard on me reconnait dans le bus, chez Gap et au bureau…

10-   Je n’aime pas le métro

11-   Je ne comprends pas et j’ai peur de toucher les iphone

Toute récente sur la blogosphère, et plutôt que de reprendre le principe des questions, vous trouverez ici prochainement des articles de mes invités, comme ça de temps en temps, sujet libre !

Et j’ai quand même réussi à parler de droit et de nourriture!

Absolument débordée !

Septembre, c’est la rentrée… Quatre anniversaires, un pot, des déjeuners, des rendez-vous, les impôts sur le revenu (bienvenue dans le monde des grands !) et beaucoup de travail !
La preuve en est avec mon bureau hier soir…

 

Absolument débordée ! dans lifestyle paris-20130904-00748-2-300x225

Bioburger : j’ai testé et validé !

Une envie de sortir un midi, pas trop le temps… Personne ne se décide et finalement Bio Burger est proposé, j’ai accepté !

Un fast-food ? Lieu dans lequel je ne rentre jamais. Un hamburger ? Jamais mangé.

Et pourtant aujourd’hui je vais vous en vanter les mérites, quiconque me connait un tout petit peu sait à quel point cette expérience est inédite pour moi, et je n’aurai pas résisté longtemps avant d’écrire sur la nourriture…

Bioburger est situé au passage Choiseul, un petit havre de paix à quelques minutes de la foule d’Opéra et à deux pas de la station 4 septembre.

Bioburger : j’ai testé et validé ! dans le repas du mois passage-choiseul-300x225

J’y avais déjà trouvé des chaussures à mon goût. La semaine dernière j’y ai dégusté un hamburger.

chaussures-300x225 bio dans le repas du mois

Une file d’attente assez longue, gage de qualité parce que pour déjeuner il y a de quoi dans ce quartier.

Une formule Burger+ accompagnement + dessert : pour 10.50€ je teste ! On décide de manger sur place, le restaurant est tout en hauteur, mes talons et moi on a eu peur.

Alors au menu : un « MB burger » (bun, steak, fromage, sauce moutarde, confit d’oignons, bacon, salade) + une salade (laitue, maïs, tomate) + un crumble pomme. En libre service : ketchup, mayonnaise, huile d’olive et vinaigre.

burger-300x225 burger

La salade (pour avoir bonne conscience), je ne l’ai pas validée, le crumble a un petit peu sauvé la mise mais sans plus… Le burger est le véritable atout de ce fast-food. Si je ne peux faire aucune comparaison, j’ai adoré le goût des oignons, le steak qui cuit et non carbonisé et non il n’y a pas de fromage orange… Bref de vraies saveurs ! La viande, la limonade, le coca, les frites, tout est bio ici. Pas dit que je mange équilibré mais le temps d’un déjeuner j’ai mieux consommé.

Déguster un hamburger c’est donc enfin fait !

Pas pour autant que j’irai chez Mc Do la semaine prochaine…

Ode à ma gamelle du midi

-          Elle est un phénomène qui se développe dans nos sacs à main et je le vois tous les matins,

-          Elle est une petite économie en ces temps de crise,

-          Elle est souvent faite maison, et toujours moins cher qu’un sandwich à Brioche Dorée

-          Elle essaie d’être équilibrée et m’apprend que les tomates crues décongelées ce n’est pas possible,

-          Elle m’apprend aussi que la salade ne se congèle pas,

-          Elle est le fruit de mon imagination et celui de mes humeurs,

-          Elle est celle que je mande à toute vitesse seule sur mon bureau et devant mon ordinateur,

-          Elle laisse des traces sur mes dossiers,

-          Elle est souvent accompagnée d’une comporte et mal emballée elle a pu tâcher mon Darel,

-          Elle est celle qui ne me voit pas sourire parce que sa préparation est une corvée et que sa dégustation est un passage obligée de mes journées,

-          Elle n’a pas de saveur et pourtant tous les jours elle est là…

C’est ma gamelle du midi et en cette fin août j’ai décidé de la laisser tranquille !

 

Au programme de mes déjeuners …

-          Un restau thai

-          Un restau italien

-          Un restau Coréen

-          Un pic-nic au parc des tuileries

(…)

 

Bientôt un repas du mois un peu plus glamour !

A l’heure de la désinformation : je zappe M6

Elevée sans, ce soir j’ai une nouvelle fois compris l’aversion de mes parents pour la télévision et je les en remercie.

A l’heure de la désinformation : je zappe M6 dans un tout petit peu de droit je_zappe Moyen certainement le plus utilisé pour accéder à l’information, c’est avec regret qu’après TF1 depuis tant d’années, M6 est désormais retirée de mon programme « végétation-devant-la-télévision-en sortant-du-bureau ».

Vendredi soir après une semaine de dur labeur, j’ai appris que mes neurones étaient encore éveillés.

En attendant le 20h00 de France 2, je regarde d’un œil le 19-45 sur la sixième chaîne donc. Un sujet sur la violence dans les cités. Bien sûr, on nous montre Saint-Denis, puis Villeneuve Saint Georges. Il y est expliqué que dans cette commune, le Maire a pris un arrêté interdisant l’ouverture des commerces après 20h. Le journaliste sort alors cette phrase qui va me réveiller : « les commerçants ont contesté l’arrêté municipal devant le tribunal de commerce qui a rejeté leur demande ».

Et là une myriade de réflexions et une kyrielle de questions déboulent dans ma tête… Alors en vrac :

-          J’ai appris le droit public il y a (je compte…) 5 ans maintenant mais je l’ai pratiqué depuis, j’ai oublié un truc ?

-          Qui a c

han

gé les règles fondamentales de ce noble droit sans mon autorisation ?

Des interrogations juridiques et puis aussi…

-          Ils les recrutent où leurs journalistes M6 ?

-          Parce-que tu es commerçant tu règles tous tes contentieux devant le tribunal de commerce… Il a dû réfléchir longtemps ce petit monsieur !

-          Forcément que le Tribunal de Commerce n’aurait pas pu accéder à leur requête…

-

Quand tu ne sais pas tu te tais, et tu ne fais pas semblant…

( …)

Oui, vous l’aurez compris, le journaliste a fait une énorme faute pour la juriste que je suis. Une faute qu’un étudiant en deuxième année de droit aurait pu constater autant que moi.

Au-delà du fond de cette énormité, c’est la question de la désinformation qui se pose. Et si une erreur d’aspect juridique a pu être détectée c’est certainement beaucoup d’autres âneries qui sont dites et répétées aux informations quotidiennement.

En droit, je suis susceptible d’avoir les capacités de déterminer qu’un élément factuel qui m’est conté est erroné, mais ce n’est bien entendu pas le cas dans tous les domaines. Je sais regarder des âneries télévisées comme tous, mais lorsque je suis les informations, un programme « sérieux », je m’attends à ce qu’elles soient justes. Sur M6 ce n’est apparemment pas le cas… Et ne me dîtes pas que l’erreur est humaine, ce n’est pas un seul tout petit Monsieur qui écrit le texte du reportage.

 

J’ai toujours dit que Delahousse était le meilleur !

delahousse-300x224 droit dans un tout petit peu de droit

Rappelles-moi Maurice

Un esprit vagabond s’installe ce soir d’été à Paris, et si je vous contais Maurice ou ce qu’il m’en reste ? Ce sera le premier épisode de ma rubrique « le lieu du mois ».

Le voyage, pas de doute c’est ma base. Parisienne de naissance (et pas complément dans l’âme) si j’aime cette agitation et ce monde je garde cette perpétuelle envie de m’évader. Parce-que mes voyage sont à l’image de mon quotidien, ils sont à l’image de mon quotidien : pleins de couleurs, de nouvelles cultures et de nourriture !

A 18 ans, j’ai eu la chance de parcourir divers territoires Européens mais aussi le Canada (on y reviendra, c’est sûr !).

Eté 2006, 19 ans à peine, j’ai la chance de m’envoler pour l’Ile Maurice.  Alors plutôt qu’une description touristique que je ne saurai faire sept ans plus tard, revenons aux souvenirs.Rappelles-moi Maurice dans le lieu du mois maurice5-300x225

Jeune et avec quelques kilos en plus (3 ou 4 au plus), j’ai atterri à Port-Louis – la capitale – dans un décor paradisiaque direction un mois de découvertes. L’image d’un diamant pur s’assombrit quand on regarde d’un peu plus près : infrastructures légères voire inexistantes, animaux errants…

La grande chance de vivre aux côtés et chez une famille Mauricienne, je l’aie eu et j’ai rapidement mis de côté mon mode de vie « à l’occidentale ».

J’ai ce lointain souvenir de gens fort peu fortunés mais tellement accueillants. J’ai ce souvenir de leurs yeux grâce auxquels j’ai pu découvrir leur île. Ces œillères, celle des agences de voyages de luxe, je les ai laissées aux autres touristes.maurice2-225x300 été dans le lieu du mois

Sois-en rassuré petit, ces plages paradisiaques, la terre aux sept couleurs et les tortues géantes, je les ai vues (et elles sont belles mes photos!)…

Ces dizaines d’yeux posés sur moi parce-que pour sûr je n’avais pas la couleur locale, je l’ai eu…

Ces saveurs fraîches et épicées je les ai découvertes…

Premières dégustations de boulettes de poissons (depuis j’ai compris qu’il y en avait plein à Tang Frères, dans le 13ème) et mais aussi de chappattis. Ces petites galettes fourrées aux lentilles corail dans une sauce curry-tomate. Un goût atypique que je n’ai pour l’instant pas retrouvé.

Il y a certes, cmaurice6-150x150 ile Mauricee petit restaurant « Le Grand Baie » situé rue Raymond Losserand à Paris 14ème qui offre une très bonne cuisine traditionnelle aux  saveurs Mauriciennes et Réunionnaises, mais des assiettes moins généreuses et moins savoureuses qu’auparavant.

Maurice, c’est aussi ces grands hôtels luxueux, et j’ai pu passer une soirée dans l’un d’entre eux.  Je me souviens de ce blanc monsieur imposant qui m’avait regardée avec insistance. De retour à Paris, j’ai compris que c’était Jacques LEGROS, présentateur de JT de TF1, mais désolée chez moi on ne doit pas capter cette chaîne…maurice9-150x150 plage

Un hôtel magnifique certes mais une image ternie lorsque j’apprends le salaire d’un employé. 120€ euros pour des semaines de 50 heures et des touristes qui payent un minimum de 1500€ les huit jours. Cherchez l’erreur…  (ma source : premier site proposé par google le jeudi 15 août 2013)

Non Maurice, je ne garderai pas de toi ce souvenir. Je me rappellerais de ces saveurs et de ce mélange de cultures. Je me souviendrai de tes minarets et de tes temples asiatiques, de ton lait en poudre et de ton accueil.

Si j’y ai laissé quelques kilos, j’en suis revenue riche de souvenirs, et la preuve en est sept ans après.

Merci Maurice !

123



How to get white teeth over... |
C data types range |
Baby teeth gel |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Edtable143
| Mon tour du web en 80 clics
| Vol d'un voilier et pe...